Carina

Ow

Design, Space + Communication

Le Musée du futur

with the Musée d'art et d'histoire, Geneva

Dans ce projet, la proposition est que l’avenir du MAH serait sa seconde existence dans l’espace immatériel, complétant sa présence matérielle actuelle dans le bâtiment historique de Marc Camoletti situé Rue Charles-Galland 2, Genève. La gestion de l’information sera étendue par la voie numérique, en développement sur base de données existante du musée de l’information, Musinfo, actuellement seulement accessible par le personnel du musée. Les précieuses informations du musée seront reclassées, numérisées et partagées avec ses visiteurs dans une plus grande mesure grâce à sa présence sur Internet ainsi que sur les publications numériques. Dans le musée lui-même, cette information sera rendue disponible grâce à des systèmes interactifs de réalité augmentée, améliorant l’expérience du visiteur.

L’artefact 3D choisi par le musée pour le projet est une sculpture du buste d’Achille. Le torse d’Achille est en fait un grand fragment d’une copie antique d’une paire sculptée de personnages légendaires interprété dans d’un célèbre épisode mythologique, où Achille tombe amoureux de Penthésilée juste après l’avoir assassinée. Cette oeuvre a été choisie notamment en raison de sa pertinence pour l’utilisation de la réalité augmentée spatiale dans l’affichage d’une exposition muséale. Il y a beaucoup de contenu à partager dans l’explication de cet artefact, y compris la reconstitution visuelle de la sculpture, la façon dont d’autres copies antiques de la statue ont été utilisées dans sa reconstitution, la localisation dans le monde des autres fragments existants, le récit de l’épisode mythologique, la connexion avec d’autres travaux exposés dans le musée, et ainsi de suite.

En positionnant un écran translucide devant la sculpture, l’information est superposée sur la vue en perspective de la sculpture. L’affichage à Réalité Augmentée Spatiale reconstitue la sculpture avec des images numériques et des informations complémentaires en superposition d’une interface interactive avec laquelle les visiteurs peuvent naviguer à l’aide de l’écran tactile. Les fragments manquants sont numériquement recrées et visuellement superposés sur une vue de la vraie statue derrière l’écran translucide. L’écran translucide holographique crée une atmosphère d’images flottantes et autres informations numériques. Lorsqu’il est combiné avec des techniques informatiques de vision en temps réel qui suivent gestes de la main, il devient ainsi une interface interactive.